Daily - Revest actualitéshttps://actu.revestou.fr/Daily shared linksen-enhttps://actu.revestou.fr/ {Journal} - Wednesday 19 June 2019 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190619 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190619 Wed, 19 Jun 2019 00:00:00 +0200 La taxe d'habitation remplacée par la taxe foncière pour les communes | Le Huffington Post Wed Jun 19 11:37:28 2019 - impôts-locaux
https://www.huffingtonpost.fr/entry/taxe-habitation-remplacee-par-la-taxe-fonciere-pour-les-communes_fr_5d09edebe4b0f7b744294ccd


La suppression de l'impôt local ne pénalisera pas les villes, promet le gouvernement.

    Par Alexandre Boudet

POLITIQUE - Le brouillard se dissipe presque complètement pour les finances locales. Depuis que le gouvernement a annoncé la suppression de la taxe d’habitation (qui sera totalement effective pour tous les contribuables en 2023), les communes se demandaient comment cette rentrée d’argent serait compensée dans leur budget.

Les ministres de l’Action et des comptes publics (Gérald Darmanin) et des collectivités locales (Jacqueline Gourrault) expliquent ce mercredi 19 juin dans Les Échos ce mécanisme de compensation. Il s’agit en réalité d’un jeu de vases communicants décidé à l’issue d’une ultime phase de discussion avec les associations d’élus locaux.

“La proposition du gouvernement aux élus locaux est de donner l’intégralité de la taxe foncière au bloc communal: la part départementale redescendra aux communes et les intercommunalités conservent leur part actuelle”, explique Gérald Darmanin. Quant aux départements, ils se verront allouer une part de la TVA comme l’État le fait déjà avec les régions. “Il n’y aura pas de perdants”, assure Jacqueline Gourrault, précisant qu’un milliard d’euros supplémentaires seront affectés du budget de l’État aux collectivités locales.

Avec cette solution, le gouvernement laisse une marge de manœuvre aux communes qui pourront toujours moduler la valeur de la taxe foncière qui est payée par les propriétaires de terrain et de bâtiments. Ils garderont aussi la main sur la taxe d’habitation qui sera toujours payée sur les résidences secondaires.


]]>
{Journal} - Monday 17 June 2019 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190617 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190617 Mon, 17 Jun 2019 00:00:00 +0200 "Ça serait un désastre écologique": les opposants à la ligne nouvelle entre Marseille et Nice relancent leur campagne à Toulon - Var-Matin Mon Jun 17 10:44:14 2019 - LGV
https://www.varmatin.com/vie-locale/ca-serait-un-desastre-ecologique-les-opposants-a-la-ligne-nouvelle-entre-marseille-et-nice-relancent-leur-campagne-a-toulon-390165


Vendredi 14 juin, les opposants au projet de ligne nouvelle entre Marseille et Nice ont relancé leur campagne avec une distribution de tracts à la gare de Toulon.

Cette réaction fait suite au projet de "loi d’orientation des mobilités", en discussion à l’Assemblée nationale, impliquant la "ligne nouvelle Paca".

Le devis est estimé à 26 milliards et le projet, prévu à l’horizon 2060, divise toujours. Deux portions à grande vitesse seraient construites entre Aubagne (Bouches-du-Rhône) et Le Beausset, ainsi qu’entre Le Muy et Cannes.

Cet aménagement en quatre phases en inclut deux qui amélioreraient le réseau dans l’aire toulonnaise.

"Les phases 1 et 2 permettent de passer de 2 à 4 trains express régionaux (TER) par heure. On préfère de bons TER que cette ligne. Ces étapes ne sont pas liées avec les suivantes. Les autres sont inutiles", expose Didier Cade, président du collectif "Stop LGV Sud Sainte Baume".

L’impact écologique

Pour relier Toulon, les trains à grande vitesse devront emprunter un tunnel creusé pour l’occasion, à hauteur du Beausset. "Nous avons demandé l’avis de géologues, soulève une militante. Ils sont unanimes, ça serait un désastre écologique." En cause, les sources souterraines et le réseau d’alimentation en eau.

Les militants ont rencontré auparavant les députées de la majorité Cécile Muschotti, Valérie Gomez-Bassac et Emilie Guérel. Ces dernières semblaient opposées à la phase quatre du projet. "Mais on ne sait pas s’ils vont suivre le gouvernement ou pas", s’interroge un opposant.

Une réunion publique sur le sujet est organisée par la SNCF ce lundi à 19h, à la maison des services publics de Sainte-Musse à Toulon.


]]>
{Journal} - Friday 14 June 2019 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190614 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190614 Fri, 14 Jun 2019 00:00:00 +0200 De St Elme à St Mandrier - Dimanche 23 juin 2019 - La Place du Village Fri Jun 14 09:41:09 2019 - rando eau mer Saint-Mandrier Saint-Elme
https://revest.legtux.org/post880.html#p880


Marcher dans l'eau, au bord de l'eau

Pour aborder l'été, un petit tour à Saint Mandrier au départ de Saint Elme, précédé d'une marche dans l'eau le long de la plage des Sablettes pour ceux qui le souhaitent.

![Saint-Elme](https://revest.legtux.org/uploads/images/2019/06/14/cpa-saint-elme-la-plage.jpg)

![Creux Saint-Georges](https://revest.legtux.org/uploads/images/2019/06/14/le-creux-saint-georges-4_page_1b.jpg)

Parcours en boucle traversant  la plage de Saint Asile, passant par les terres pour rejoindre le village de Saint Mandrier et le port, avant de retrouver le sentier du littoral, la corniche d'Or, la plage de la Coudoulière  pour un pique-nique baignade, une halte au domaine de l'Ermitage et la visite d'une exposition de peinture https://www.ville-saintmandrier.fr/agen … e-collomb/
pour repartir ensuite vers notre point de départ en longeant la Batterie Renardière, la Batterie du gros Bau, la Pointe de Maregau.
En savoir plus sur :
l'histoire de St Mandrier https://www.ville-saintmandrier.fr/deco … istorique/
le Fort St Elme https://dossiersinventaire.maregionsud. … 9c5a35#top
la Croix des signaux https://dossiersinventaire.maregionsud. … 129becb220.

Circuit de 10km environ, 230m de dénivelé.
RV au bout du parking des Sablettes, vers le chapiteau, à 8h30 pour les marcheurs dans l'eau, à 9h30 pour tous.
Possibilité de covoiturage à partir de la Chapelle des Moulins à 8h ou 9h.

Prévoir pique-nique, maillot de bain et serviette, crème solaire, chaussons ou  méduses.
Chaussures de marche, chapeau, de l'eau en quantité et une assurance personnelle sont indispensables pour ce type de sortie. Les accompagnateurs ne sont pas des guides officiels mais des bénévoles qui vous font partager la re-découverte de ces lieux.

Inscrivez-vous en utilisant le lien : https://doodle.com/poll/wa9hkg6ns4exgnuh

Renseignements : Marie-Hélène Taillard 06 20 95 21 88


]]>
{Journal} - Thursday 6 June 2019 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190606 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190606 Thu, 06 Jun 2019 00:00:00 +0200 Sisteron, la perle de haute Provence | Dossier Thu Jun 6 20:45:13 2019 - Sisteron Haute-Provence
https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/geographie-sisteron-perle-haute-provence-824/


###Un dossier très complet sur Sisteron : histoire, géologie. Les voies romaines ...

Sisteron était une ville importante de la Narbonnaise. La Via Sinistra reliait entre elles la voie Domitienne et la voie Aurélienne. Nous parlerons de la deuxième mais aussi de la citadelle de la ville et de son rocher très particulier, bonne promenade citadine.

Sisteron, ou « Segustero » à l'époque romaine, est une ville située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence. Sa citadelle redessinée par Jean Érard, ingénieur d'Henri IV, et endommagée lors du débarquement de Provence en 1944, demeure toujours imposante. À ses pieds, s'étage la vieille ville aux hautes façades et rues étroites.


]]>
{Journal} - Wednesday 5 June 2019 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190605 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190605 Wed, 05 Jun 2019 00:00:00 +0200 Logiciel libre : il faut mettre la technologie au service des villes et des citoyens | April Wed Jun 5 10:34:39 2019 - Logiciel-libre ville commune
https://www.april.org/logiciel-libre-il-faut-mettre-la-technologie-au-service-des-villes-et-des-citoyens


Face à l’expansion des Gafam, le logiciel libre est une approche essentielle pour repenser la technologie au bénéfice des citoyens. Logiciel libre : il faut mettre la technologie au service des villes et des citoyens.

Le 4, 5, 6 juin, la Ville de Paris, MossLabs et OW2 accueillent un forum pour discuter de l’avenir de la collaboration entre les villes en matière de logiciels libres. Pionnière en la matière depuis 2002, la Ville de Paris met en place une politique de logiciel libre, désormais regroupée sous l’égide de la plateforme Lutèce, développée spécifiquement pour les administrations municipales. Gratuite pour les villes, celles-ci ont accès à des centaines d’applications, qu’elles peuvent mettre à disposition de leurs agents et des citoyens.

Villes, Etats, entreprises, associations… Toutes ces entités sont aujourd’hui confrontées à l’importance de créer des services numériques de qualité, répondant à de nouveaux besoins, respectant les données personnelles des utilisateurs, et à un coût pouvant être supporté, notamment pour la puissance publique. Une équation souvent difficile à mettre en œuvre !

Solutions

Pourtant les solutions existent et parmi elles : le logiciel libre ou l’open source qui prévoient la diffusion libre du code source du logiciel avec la possibilité de l’étudier, le modifier et d’en redistribuer les modifications. Cette conception du développement logiciel est aujourd’hui utilisée massivement par tous les grands acteurs du numérique qui peuvent réutiliser de très nombreuses briques proposées notamment par les grandes fondations telles qu’Apache, Linux Foundation, Eclipse ou OW2.

Ce qui existe depuis longtemps pour les logiciels système ou d’infrastructure commence à voir le jour pour les applications verticales et notamment pour les services publics.

Pour les villes, c’est tout d’abord un gain économique important. Plutôt que de redévelopper, à l’échelle de territoires parfois très petits, des nouvelles solutions technologiques à partir de zéro, le logiciel libre permet aux collectivités de réutiliser des logiciels créés par d’autres, afin d’acquérir des services numériques à moindre coût. Comme l’explique la campagne Public Money Public Code, en dehors de l’aspect financier, il est aussi logique, que les logiciels financés par l’impôt soient publiés sous licence libre. «S’il s’agit d’argent public, le code devrait être également public» et la plateforme le restera après sa création.

Le logiciel libre permet également l’amélioration des outils qui sont au service du bien commun. Grâce à des communautés de codeurs et aux partenariats entre acteurs publics, les logiciels sont améliorés, au fur et à mesure des innovations technologiques, et adaptés aux nouveaux besoins des citoyens. A Paris, sont développés plusieurs projets de ce type, comme le chabot PaLyNi mutualisé avec les villes de Lyon et Nice sur le traitement des déchets, la rédaction de marchés publics partagé aujourd’hui avec l’Etat ou encore les espaces numériques de travail pour les collèges et lycées utilisés par d’autres départements ou régions françaises.

Transparence

Cambridge Analytica, mise à mal de la neutralité du net, utilisation des données personnelles par les entreprises… les dernières années ont été marquées par un climat de méfiance généralisé de la part des citoyens face à des monopoles dont l’extension exponentielle semble hors de contrôle. Grâce au logiciel libre, les villes ne sont plus otages : elles possèdent les moyens de reprendre la main sur leurs services numériques, sans être obligées de passer par des opérateurs privés, qui contrôlent les données et sont susceptibles d’augmenter leurs prix en fonction de l’évolution du marché. Elles peuvent aussi plus facilement confier ces missions à des entrepreneurs locaux.

Mais la question du logiciel libre, c’est aussi celle de la transparence. A Paris, le code des outils de participation citoyenne (budget participatif, plateforme de consultation publique, rendez-vous des élus avec les lobbyistes) est également public. Car ces plateformes et ces informations relèvent du bien commun. Utiliser l’open source, c’est donner le pouvoir aux citoyens de vérifier qu’elles sont bien neutres et transparentes. C’est aussi leur permettre de proposer des améliorations en fonction de leurs besoins et de leurs usages.

Souveraineté et indépendance numérique

Est-ce que c’est bien sécurisé ? Il faut comprendre l’inquiétude des territoires face à cette approche technologique, qui existe depuis bien longtemps mais qui n’a pas toujours été assez utilisé. Si la communauté de développeurs est suffisamment importante, l’open source offre de meilleures garanties de sécurité qu’un code fermé mais beaucoup moins relu. Au niveau technique mais aussi à d’autres niveaux : pas de risque de faillite d’un prestataire, de fuite des données ou de surfacturation !

Face à l’expansion exponentielle des Gafam, à la faiblesse des entreprises européennes sur les grands services numériques et à des législations étatiques peu protectrices, le logiciel libre est une approche essentielle pour repenser la technologie au bénéfice des citoyens et au service du contrôle démocratique qu’ils doivent exercer.

C’est pourquoi, même si des initiatives passionnantes existent déjà à travers le monde, nous lançons aujourd’hui un appel aux villes du monde entier pour créer une communauté du logiciel libre au niveau international et relever ensemble les grands défis auxquels sont confrontées les villes du monde. Tandis que les enjeux liés au numérique se complexifient, les villes doivent s’engager ensemble dans la bonne direction : celle de la souveraineté et de l’indépendance numérique, celle de l’open data et du logiciel libre.

Emmanuel Grégoire Premier adjoint à la maire de Paris , Jean-Christophe Becquet président de l’association April , François Elie président de l’association Adullact , Jacob Green fondateur de MossLabs.io , Jean-Baptiste Kempf Président de VideoLAN , Cédric Thomas Directeur Général du consortium OW2.


Concert baroque avec la Cantarelle le 22 juin 2019 - La Place du Village

Wed Jun 5 07:50:14 2019 - concert Cantarelle
https://revest.legtux.org/post878.html#p878


![Concert baroque avec La cantarelle le 22 juin 2019](https://revest.legtux.org/uploads/images/2019/06/05/cantarelle-juin2019.jpg)


]]>
{Journal} - Tuesday 4 June 2019 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190604 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190604 Tue, 04 Jun 2019 00:00:00 +0200 "On s’est fichu de nous": contre les constructions illégales, l’association de défense du Faron hausse le ton et lance un ultimatum à l’Etat - Var-Matin Tue Jun 4 06:31:49 2019 - Faron incendies
https://www.varmatin.com/vie-locale/on-sest-fichu-de-nous-contre-les-constructions-illegales-lassociation-de-defense-du-faron-hausse-le-ton-et-lance-un-ultimatum-a-letat-386954


 Fatiguée de "se faire balader" par les autorités, qui ne réagissent pas face aux constructions illégales sur le mont classé, l’association Défense et protection du Faron veut faire réagir l'Etat.

"On ne peut plus se contenter d’écrire des lettres qui finissent au panier." "Ils nous roulent dans la farine." "On s’est fichu de nous." Très en colère, les membres de l’association Défense et protection du Faron (ADPF) ont atteint un niveau de saturation inédit mercredi soir lors de leur assemblée générale.

Militant depuis plus d’un quart de siècle pour que le mont classé qui domine Toulon soit protégé comme il se doit de l’appétit des bétonneurs, ils s’avouent "extrêmement amers" de constater que le site est "devenu une zone de non droit". Respectant une tradition de courtoisie dans le dialogue avec les autorités, ils haussent le ton et lancent un ultimatum.

###"Mauvaise foi et laxisme"

Pour Michel Bonjardini, le président, il est temps en effet de dénoncer "la mauvaise foi des élus" et "le laxisme des administrations".

Pour expliquer sa fureur, il brandit l’historique nourri de ses échanges avec la municipalité, la préfecture ou la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal).

Il présente aussi les images vues du ciel de constructions qui rongent les pentes sauvages du Faron en toute illégalité. "Avec Internet, il suffit d’aller regarder deux fois par an pour voir comment évoluent les bâtiments."

Dans le viseur, à titre d’exemple le plus symbolique, une bâtisse du secteur de la Bosquette, sur les pentes de l’est. En toute discrétion, son propriétaire a transformé les lieux. Une vielle remise a laissé place à une villa de 85 m2 avec une grande terrasse et une piscine.

Une double infraction au code de l’urbanisme et au code de l’environnement que n’a de cesse de signaler l’ADPF... en vain.

Malgré les innombrables courriers, coups de fil et audience avec le préfet, la mairie du Toulon ou le parquet, Michel Bonjardini enrage de constater que rien ne se passe. Des dossiers de ce type, il annonce en avoir signalé une demi-douzaine du côté de la Bosquette ou du chemin de l’Uba.

Malgré les délais de prescriptions courts, il est pourtant encore temps d’agir selon lui... "s’il y avait la volonté".

###Double attaque

Plusieurs pistes d’après son analyse. "Le maire peut s’emparer du code de l’urbanisme. Son article L480-14 lui donne la possibilité de poursuivre devant la justice civile jusqu’à 10 ans après l’achèvement des travaux. On a présenté cette possibilité récemment à l’adjoint à l’urbanisme, qui nous a soutenu que c’était impossible : c’est faux!", tonne, furieux, Michel Bonjardini.

Autre possibilité : obliger le propriétaire à solliciter un permis de construire. Il sera alors évidemment refusé et le préfet pourra demander la démolition. "Le préfet Videlaine pourrait ainsi respecter les engagements qu’il avait pris en 2017 lorsqu’il nous a reçus", appuie sévère Michel Bonjardini, persuadé qu’une "attaque double" peut laisser espérer une remise en état du terrain.

###Se faire entendre

Problème: l’association avoue ne plus savoir quoi inventer pour se faire entendre des pouvoirs publics. Dans l’assemblée, on souffle d’alerter Julien Courbet, de lancer une pétition en ligne ou d’organiser une manif’.

Michel Bonjardini part sur une autre idée: l’ADPF va une nouvelle fois prendre sa plume... mais avec une encre moins sympathique. "Nous allons écrire à la Dreal mais cette fois pour les prévenir. Si d’ici à cet hiver, nous ne voyons rien bouger, nous attaquerons alors l’État devant le tribunal administratif pour ne pas avoir fait son travail. C’est très franc et très net."

###Comment anticiper le risque d'incendie?

Évidemment, après le feu qui a surpris le mont toulonnais début mai, le sujet du risque incendie a été largement évoqué par l’association de Défense et de protection du Faron. Et ici encore, Michel Bonjardini se retrouve à pester contre les autorités. "S’il n’y a pas de volonté politique forte, on va à la catastrophe", s’alarme le président de l’ADPF.

Selon lui, appliquer les obligations de débroussaillement 50 mètres autour des maisons serait déjà un progrès... mais resterait très insuffisant.

"Hormis deux oliveraies et la partie communale - parce qu’il y a un peu d’entretien et surtout par ce qu’elle est sur le rocher - la forêt classée est devenue impénétrable. Le jour où il y aura un incendie, personne ne pourra rien faire. Il faut absolument réaliser un dépressage sérieux de cette forêt."

Une action qui aurait par ailleurs le mérite, selon lui, de remettre en valeur des restanques historiques envahies par la végétation.

Autre motif d’agacement pour l’ADPF, l’ouverture du massif les jours de grand risque incendie conjuguant sécheresse et mistral.

"La route du Faron reste ouverte, uniquement pour satisfaire les quatre magasins au sommet", s’indigne l’ADPF (1). Elle estime que la présence de promeneurs sur les pentes du mont toulonnais - alors que la totalité des autres massifs varois est fermée au public à cause du risque incendie (journées rouges) - multiplie la possibilité de voir un feu se déclarer et pourrait causer des drames en cas de sinistre.



]]>
{Journal} - Friday 31 May 2019 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190531 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190531 Fri, 31 May 2019 00:00:00 +0200 PHOTOS. Plus de 20 ans après, la réfection du domaine de Tourris au Revest est terminée - Var-Matin Fri May 31 15:20:19 2019 - Tourris
https://www.varmatin.com/vie-locale/photos-plus-de-20-ans-apres-la-refection-du-domaine-de-tourris-au-revest-est-terminee-386340?t=MTQ1NDU3ZTJkYmIxY2NlZmI0OWRkMTVjYTAwMTRlYWZfMTU1OTMwODY5MzcwNF8zODYzNDA%3D&tp=viewpay


![Le château du domaine de Tourris n’étant pas classé, René Gillet a pu le faire restaurer à sa guise, sans contrainte. D’où cet aspect à la fois provençal et bourguignon (au niveau des tourelles). Photo Valérie Le Parc](/images/chateau-tourris1.jpg)

Les Gillet ont acheté le domaine de Tourris au Revest aux enchères en 1998. Plus de vingt ans après, ils sont enfin venus à bout de sa réfection. Un rêve d’enfant devenu réalité.

Ne lui parlez surtout pas de contrainte! René Gillet n’est là que pour s’amuser. Là, c’est dans son domaine de Tourris, au Revest, qu’il a acheté aux enchères il y a vingt ans et dont il finit tout juste la réfection.

Alors que la rénovation de la chapelle de 1608 s’achève, le propriétaire se dit "trop heureux de cet aboutissement": "Je le vis comme un enfant."

C’est justement depuis le plus jeune âge que cet entrepreneur breton rêve d’être un jour châtelain. "Quand j’étais petit, j’allais à la messe dans le Morbihan tous les dimanches et il y avait un comte. Mais on ne pouvait voir son château, caché derrière un mur. Alors je me disais que ce n’était pas grave, qu’un jour j’aurai mon château."

Le désir d’enfance devient réalité lorsque René et son épouse Mireille achètent le domaine revestois aux enchères en 1998. "Nous cherchions un domaine qui fasse dans les cent hectares, avec un château, de l’eau et qui soit abonné."

À l’époque, presque plus rien ne se passe à Tourris depuis déjà cinquante ans.

Le terrain fait 96 hectares, compte une source, douze puits et trois bassins. Et, bien sûr, un château avec tourelle et deux étages en plus du rez-de-chaussée.

![Sur le terrain de 96 hectares, les arbres séculaires côtoient ceux que le châtelain a fait planter. C’est peut-être là que, dans quelque temps, certains chanceux pourront convoler. Christelle, l’une des filles de René Gillet, envisage d’y faire de l’événementiel et de proposer l’organisation de mariages. Photo Valérie Le Parc](/images/chateau-tourris2.jpg)

###Accord mets et vin

Quelque 350.000 euros plus tard (en francs à l’époque), René réalise son rêve et devient châtelain. "C’est mon terrain de jeu!" Mais il a fallu du temps et des travaux pour redonner au domaine ses lettres de noblesse.

D’abord le rez-de-chaussée de la demeure de maître en 2001, puis ses étages en 2006, 2007. Les extérieurs - la cave, le reposoir, la bergerie - ont été rénovés à partir de 2015 et le terrain restructuré.

Les vignes, elles, avaient été plantées un peu en amont. Pour cet amateur de bonne chère, faire du vin était une évidence.

Boucher de formation et à la tête de NovoViandes, l’entreprise créée en 1974 et qui compte aujourd’hui 35 magasins autour de Paris et cinq cents employés en région parisienne, il propose désormais, les breuvages qui vont avec.

Ainsi, depuis maintenant huit ans, des bouteilles estampillées Saint-Jean-Baptiste de Tourris sortent de la cave de René Gillet. Avec ses deux hectares, il a même atteint le seuil des dix mille bouteilles dans les trois couleurs, que l’on peut découvrir les vendredis de 14 heures à 16 heures.

![Amateur des plaisirs qu’offre la vie, René Gillet, en plus d’être boucher, fait aussi du vin. Chez lui, on fait bonne chère! Photo Valérie Le Parc](/images/chateau-tourris3.jpg)

Avec le sentier de randonnée qui passe par le domaine, ce sont les deux seules possibilités pour apercevoir la rénovation menée ici. Non pas qu’il tienne à le garder des yeux du public, mais l’ouvrir, sous forme de chambre d’hôte par exemple, représenterait trop de contraintes pour René Gillet.
Et lui, tout ce qu’il veut, c’est le plaisir!
La belle restauration de la chapelle
Sur son site web, il cite Goethe: "Souviens-toi de vivre."
Autant dire que la philosophie affichée par Rémy Potey, restaurateur de peinture murale et auteur de la rénovation de la chapelle du domaine de Tourris, colle parfaitement avec la quête de plaisir et d’amusement de René Gillet. "Cette envie de mordre dans la vie est un dénominateur commun."
C’est en effet une vraie rencontre avec le propriétaire que l’artiste a vécue. "Le visage et le sourire de René Gillet ne me quitteront plus." Pas plus que le peintre du XIXe siècle, "probablement italien", auteur des décors à moitié effacés, ne l’a quitté pendant qu’il leur redonnait vie.
Rémy Potey, pendant près de quatre mois, sept jours sur sept, dix à onze heures par jour, a travaillé d’arrache-pied mais avec passion à restaurer cette chapelle dont une partie du toit était effondrée. "J’ai passé un mois et demi la tête à l’envers pour les peintures de la voûte", insiste-t-il.

![La voûte, la nef, le chœur… Rémy Potey a restauré les décors de la chapelle aussi fidèlement que leurs vestiges le lui ont permis. Photo I. B](/images/chateau-tourris4.jpg)

Son dernier coup de pinceau, il l’a employé à rétablir la date des derniers décors visibles: 1865. Comme un hommage à leur auteur précédent.

D’abord autodidacte, Rémy Potey s’est finalement formé, en 1998, à la peinture murale au Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels, à Rome, fondé par l’Unesco. Il a alors eu l’occasion de travailler sur le plafond de la chapelle Sixtine.

Autant dire que les chanceux qui ont reçu une invitation à l’inauguration du domaine le samedi 1er juin, pourront découvrir un travail d’orfèvre. Y compris, le cadran solaire que Rémy Potey a peint sur l’une des façades du château, et dont il est l’un des rares spécialistes.

![La chapelle. Photo Valérie Le Parc](/images/chateau-tourris5.jpg)


des siècles d'histoire

Le château et son domaine datent du XVIe siècle. Jusqu’à la révolution française, ils appartiennent à la famille Nas de Tourris, des nobles qui, craignant d’être décapités, quittent la France pour La Réunion. Certains de leurs descendants vivraient encore non loin.

Dans les années 1860, le domaine appartient à M. Tessier, un industriel. Il devient ensuite, en 1892, propriété de la famille Degasquet, avant d’être racheté par un autre industriel dans les années 1950, à partir desquelles le château sera en déclin, jusqu’à son acquisition par René et Mireille Gillet.




]]>
{Journal} - Thursday 30 May 2019 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190530 https://actu.revestou.fr/?do=daily&day=20190530 Thu, 30 May 2019 00:00:00 +0200 Départ de feu de broussailles dans la région toulonnaise, les sapeurs-pompiers sur place - Var-Matin Thu May 30 20:01:07 2019 - incendie
https://www.varmatin.com/faits-divers/depart-de-feu-de-broussailles-dans-la-region-toulonnaise-les-sapeurs-pompiers-sur-place-386281


Un incendie, rapidement maîtrisé, s'est déclaré en début d'après-midi au Revest-Les-Eaux.

Tout près du lac, le feu a parcouru environ 100 mètres carrés mais l'intervention rapide d'un groupe de sapeurs-pompiers toulonnais a permis de circonscrire le sinistre en moins d'une heure.

Aucune évacuation n'a été nécessaire.


]]>